AGENCE IMMOBILIERE À BÉZIERS
26 oct

Pouvez-vous retirer votre offre d’achat sur une maison à Béziers !

vente maison

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.
Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.
Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !
O.D. / Bazikpress © herreneck

L’immobilier ne fait pas exception à la règle. Parfois, on se trompe ! Lorsqu’ils visitent, et ce, souvent en début de recherche, certains acheteurs s’emballent sur un bien. Ils font donc dans le feu de l’action une offre d’achat. Et pourtant, les professionnels le savent et ne cessent de le leur répéter : il faut se méfier du coup de coeur. Bien souvent, il ne correspond pas aux critères de départ définis par les candidats à l’accession.

Si l’offre d’achat est acceptée, vous êtes engagé
Vous avez visité une maison à Béziers qui vous a tapé dans l’œil ? De prime abord, elle avait tout pour plaire puis, une fois rentré chez vous, vous avez réalisé, à tête reposée, qu’elle ne ferait pas l’affaire ? Petit problème, dans l’euphorie du moment, vous avez rédigé une offre d’achat ? Si vous souhaitez la retirer, c’est possible à condition qu’elle n’ait pas été transmise au vendeur.

Un délai de rétractation de dix jours
Si c’est le cas et qu’il l’a acceptée, malheureusement, vous êtes coincé. Vous devez signer avec lui le compromis de vente, car vous êtes engagé. Pour autant, ce n’est pas une raison de paniquer, car la loi a prévu un délai de rétractation de dix jours (depuis le 8 août 2015 et la Loi Macron) que vous pouvez invoquer sans aucune justification. Le lendemain de la remise en main en propre du compromis de vente rédigé ou de la première présentation de la lettre recommandé qui contient l’avant-contrat, vous pourrez adresser par courrier, dans un délai de 10 jours, votre lettre de rétraction. Pour information, le vendeur n’a pas ce droit. Il ne peut pas changer d’avis. S’il accepte votre offre d’achat et s’il signe le compromis de vente, il est engagé jusqu’au bout !

O.D. / Bazikpress © herreneck

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée